Apprendre est le secret de la réussite   

Bienvenido

Noticias educativas

ELPAIS.com | Noticias de Educación

Servicios


Le Coin Vidéos

images2.jpg


Entrez

Vocabulario

El comercio

El comercio: le commerce

La muestra: l'enseigne

La tienda: le magasin

La vitrina: la vitrine

El comprador: l'acheteur

El vendedor: le vendeur

El cliente, el perroquiano: le client

El empleado: l'employé

La venta: la vente

La competencia: la concurrence

El monopolio: le monopole

La publicidad: la publicité

El anuncio: l'annonce

El cartel: l'affiche

El transporte: le transport

La carga: la charge

La cámara de comercio: la chambre de commerce

El seguro: l'assurance

La contabilidad: la comptabilité

El inventario: l'inventaire

El balance: le bilan

Los ingresos: les recettes

Los gastos: les frais

El impuesto: l'impôt

La quiebra: la faillite

El pago: le paiement

La factura: la facture

La bolsa: la bourse

El dinero: l'argent

La divisa: la devise

El crédito: le crédit

La langue
Vocabulaire
La culture
La littérature
Amérique Latine
Méthodologie
Le Coin du Prof
Des ressources
Exercices
Cursos Básicos

Testez votre niveau


Evaluations en ligne. Des questions pour vérifier vos connaissances

Pour se comparer

     Principe
     Décodage
     Statistiques
Logiciel Idioma






Civilisation - Les Mayas

LOS MAYAS

slide0003_image004.jpg

 


La civilisation maya est une civilisation précolombienne dont l'influence géographique s'est étendue au sud-est du Mexique (péninsule du Yucatán), à l'ouest du Honduras et du Salvador, au nord du Bélize et au Guatemala. Apparue au troisième millénaire avant J.-C., elle a connu son apogée du IIIe siècle au Xe siècle avant de connaître une décadence progressive et de disparaître au moment de la conquête espagnole au XVIe siècle. Ses principales œuvres sont de nature architecturale, avec l'édification d'imposants temples et de pyramides, de nature astronomique, comme en témoignent les multiples cycles du calendrier maya, et de nature mathématique, avec une numération de position en base 20 comprenant le zéro.

La connaissance et la compréhension de la civilisation maya sont très incomplètes et de grandes zones d'ombre subsistent malgré les efforts entrepris depuis le XIXe siècle. En effet, les conquistadors espagnols, puis les missionnaires, ont cherché à détruire toutes les traces de ce passé (comme lors de l'autodafé de Mani, ou les codex mayas furent brulés).

Le Mexique cherche aujourd'hui à réhabiliter son héritage précolombien et un musée de la civilisation maya a été créé à Chetumal.

On a comparé quelques fois les Mayas aux Grecs de l'époque classique. En Amérique précolombienne, ils furent un peuple de bâtisseurs, de savants et d'artistes qui, en quinze siècles, élabora dans la jungle tropicale l'une des civilisations les plus raffinées du continent. Ils formaient à leur âge d'or un immense bloc ethnique, du Honduras au sud du Mexique.

slide0003_image006.jpg

Zone de peuplement maya

Cette zone comprenait (et comprend toujours):

  • le sud-est du Mexique (Éts de Chiapas, Campeche, Quintana Roo et Yucatán, notamment la région du Puuc) ;
  • le Guatemala ;
  • des sections du Belize ;
  • l'extrême ouest du Honduras ;
  • l'ouest du Salvador ;

soit une superficie globale d'approximativement 400 000 km².

Le territoire maya est divisé en trois grandes régions, selon des critères climatiques et géologiques :

  • le littoral pacifique
  • les Hautes Terres
  • les Basses Terres

Il semble que l'évolution de la civilisation maya ait correspondu à un déplacement géographique. En effet les traces les plus anciennes de la culture maya ont été retrouvées sur la côte du Pacifique et dans les hautes-terres du Guatemala. Les vestiges de la période classique sont essentiellement localisés dans les basses-terres du sud (Tikal, Uaxactun, Copan) alors que le développement post-classique semble avoir eu lieu principalement dans les basses-terres du nord, c'est-à-dire la péninsule du Yucatan (Chichen Itza, Uxmal, Tulum).

Histoire

Origines

Les origines des tribus mayas les plus anciennes se perdent dans la nuit des temps. Les manuscrits indigènes du XVIe siècle ont oublié l'emplacement du berceau de la civilisation maya, que ce soit dans le Chibam Balam (écrits dans la péninsule du Yucatán), ou dans le Popol Vuh des Quichés, la branche des indiens mayas du Guatemala. Et même le premier chroniqueur espagnol des mayas, le frère Diego de Landa (1566), n'a pu en mentionner clairement la situation. En tout état de cause, les faits se réfèrent aux Mayas du Yucatán, de l'ère classique, et non aux vieux mayas localisés dans le sud (Chiapas, Guatemala et Honduras), dont la civilisation s'est éteinte quelques siècles avant l'apogée des cités de la péninsule telles que Chichen Itza, Uxmal et Savil. Nous savons que dans les temps très reculés, les mayas vivaient sur le littoral atlantique du Mexique, d'où ils descendirent vers l'Amérique Centrale en remontant l'Usumacinta pour arriver au Petén. Un vieux groupe maya, les Huastèques, resta cependant dans le nord, dans la région allant de Veracruz à Tamaulipas. C'est peut être l'expansion des Nahuas qui coupa en deux le peuple maya en rejetant un groupe au nord et l'autre au sud. Les groupes rejetés vers le sud sont ceux qui développèrent la grande civilisation maya. Au commencement de la période historique, ils vivaient dans un triangle délimité par Palenque dans le Chiapas, Uaxactun, au Guatemala, et Copán au Honduras, une aire très importante avec des voies de communication très difficiles au milieu de la jungle, traversée par de grandes rivières, comprenant le bassin de l'Usumacinta, le peten guatemaltèque et les vallées du Motagua et du río Copán.

On distingue généralement trois périodes dans la civilisation maya:

  • Ère préclassique (2600 av. J.-C. à 250 ap. J.-C.)
  • Ère classique (250 à 900)
  • Ère postclassique (900 à 1521)

slide0026_image021.jpg

Ère préclassique

L'ère préclassique s'étend de 2600 avant Jésus-Christ à 250 ap. J.-C. À partir de -2000, c'est l'essor de la civilisation olmèque, dont sont issus de nombreux aspects de la civilisation maya.

Des preuves archéologiques montrent que l'architecture cérémonielle maya démarre vers 1000 av. J.-C. Il est très difficile de faire la différence entre la culture pré-maya et la civilisation olmèque, chaque culture s'étant influencée mutuellement.

Vers 300 av. J.-C., on assiste à la multiplication des sites et à une activité architecturale intense, signe d'un fort accroissement de la population, particulièrement dans les cités de Komchén, Cerros et Tikal. Chaque site se développe de façon autonome; néanmoins, signe d'une indéniable unité culturelle, on utilise partout la même céramique rouge.

Entre 50 et 250 de l'ère chrétienne, période traditionnellement dénommée « protoclassique », des tensions apparaissent; crise de croissance ou invasion, nul ne le sait. Certains sites disparaissent, tels que Cerros ou Komchén, tandis que d'autres s'imposent comme Tikal.

Ère classique

L'ère classique s'étend de 250 ap. J.C à 900 ap. J.C. Elle est dominée par deux grandes métropoles : Tikal et Calakmul. Tikal joue un role prédominant dans la première partie de l’ère classique qui marque l’apogée de la culture maya. En 292 une stèle datée revendique la prédominance de cette cité sur l'ensemble du monde maya. Son rôle semble être renforcé par les liens qui l'unissent à la grande métropole du Mexique central, Teotihuacán. Ces échanges se manifestent dans l’architecture, la céramique et la sculpture.

Vers le milieu du VIe siècle, Tikal est vaincue par Calakmul. On note alors un ralentissement des activités, qui se traduit par l’interruption de l’érection de monuments datés. Cet arrêt marque la fin du classique ancien.

Un renouveau s’opère bientôt organisé autour de cités-États qui rivalisent de prestige. La culture maya atteint son apogée : il durera jusqu'au Xe siècle.

Ère postclassique et le mystère de l'effondrement maya

L'ère postclassique, de 900 à 1521, marque l’effondrement des cités-États et la disparition de l'écriture monumentale.

Le dépeuplement quasi total des puissantes cités mayas à l'aube du IXe siècle reste très mystérieux. De très nombreuses hypothèses ont été avancées pour expliquer la chute brutale de la civilisation maya classique en plein âge d'or. Les spécialistes ne sont toujours pas d'accord sur les causes d'un bouleversement aussi radical. Guerres, désastres écologiques, famines ou une combinaison de ces facteurs sont les raisons généralement avancées pour expliquer ce déclin. Les centres mayas ont été abandonnés au début du Xe siècle, puis engloutis par la forêt. Ce n'est qu'au cours de la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe qu'ils ont pu être retrouvés et restaurés.

Les faits

Dans les Basses Terres, au Guatemala et au Mexique actuels, on constate à cette période l'arrêt soudain et définitif de toute activité dans les cités. Une première ville, Quirigua, est abandonnée dès la fin du VIIIe siècle (c'est la dernière date indiquée sur les stèles retrouvées). Quelques dizaines d'années plus tard, on ne retrouve plus trace de vie urbaine dans le monde maya classique. Une forte baisse de la démographie a été constatée mais les causes en restent obscures, et cela ne suffit pas à expliquer pourquoi les survivants ont quitté les cités et leurs splendides constructions.

En réalité, la chute ne fut pas brutale. Les ruines mayas, ne sont pas des villes détruites mais des cités abandonnées. On ne trouve pas non plus de traces d'hécatombes, charniers ou fosses communes, résultats d'épidémies comme celles qui, introduites par les conquérants espagnols, décimeront plus tard les populations indiennes. Des dissensions affaiblissent les Maya qui deviennent incapables de résister aux agressions : leurs voisins, à l'ouest et au nord, profitent de la situation.

Les hypothèses

  • La guerre : du fait des traces d’abandon brutal, les activités quotidiennes ayant été apparemment délaissées en quelques jours (constructions encore en chantier), plusieurs spécialistes ont favorisé la thèse de guerres et d'affrontements violents entre cités.
Cependant, les guerres, bien qu'effectivement courantes, ne peuvent à elles seules expliquer un phénomène d’une telle ampleur. La notion de conquête ne semblait pas exister en tant que telle chez les Mayas. Les guerres ne visaient pas à exterminer l'adversaire, mais à faire des prisonniers pour exiger une rançon ou les sacrifier aux dieux.
  • Les catastrophes naturelles : de terribles tremblements de terre ou de fortes perturbations climatiques auraient pu décimer la population. Une très importante diminution des pluies sur une longue période (corroborée par plusieurs études géologiques) aurait ainsi pu entraîner de mauvaises récoltes, des famines, des épidémies, des rébellions, etc.
Une des faiblesses de cette hypothèse est d'abord sa durée dans le temps : un changement climatique se produit sur plusieurs décennies et ses conséquences sont progressives. De plus des études pluviométriques ont démontré que des variations de pluie n’auraient rien changé ou, au contraire, amélioré les récoltes. Enfin, aucune autre civilisation n’a disparu des suites d'une épidémie ou d’une catastrophe écologique (les bâtiments ne montrent d'ailleurs par exemple aucun signe de violent séisme).
  • La peur : cette thèse très controversée a été avancée au milieu des années 1970 par Pierre Ivanof. Elle se base sur la religion maya elle-même, prépondérante dans les cités dont la naissance va de pair avec la construction de grands centres cérémoniels et cultuels. La création des arts et des sciences était toujours intimement liée à la religion. Or, celle-ci se basait sur des observations astronomiques qui avaient donné naissance à deux calendriers complexes qui organisaient toute la vie de la cité et avaient profondément marqué leur cosmogonie. Les Mayas distinguaient ainsi cinq cycles dans l’histoire de l’Univers se terminant tous par la destruction du monde précédent ; celle correspondant à l'Humanité était la quatrième, et le calcul basé sur le croisement des deux calendriers indique que cette période devait s'achever… au Xe siècle. Ainsi, les prêtres ayant prédit l'approche imminente de l'apocalypse, ce peuple fervent aurait soudain été pris de panique et se serait enfui.
Cette hypothèse ne permet pas d'expliquer la forte baisse démographique constatée par les chercheurs; on ne comprend pas non plus pourquoi les Mayas ne seraient pas retournés vivre dans les cités après s'être rendu compte que les prévisions des prêtres étaient erronées.
  • L'hypothèse retenue par la plupart des chercheurs se base sur une accumulation de situations très défavorables, reprenant les thèses évoquées précédemment. Les scénarios évoquent souvent une catastrophe écologique (déboisement massif, sécheresse, appauvrissement et érosion du sol) qui aurait entraîné de violentes guerres entre les cités pour augmenter la cadence des sacrifices et gagner la clémence des dieux, surtout à l'approche de la fin du quatrième cycle. La forte croissance du taux de mortalité qui en découle, conjuguée à la nécessité de s'éloigner des villes de plus en plus arides pour retrouver l'environnement plus humide et fertile de la forêt tropicale, apporte une explication assez cohérente à l'abandon des cités.

Après la chute

Les cités mayas des plaines du nord du Yucatan continuent néanmoins à prospérer quelques siècles de plus, comme Chichen Itza, Uxmal, Edzná et Coba. Après le déclin des dynasties de Chichen Itza et Uxmal, la cité de Mayapan gouverne tout le Yucatan jusqu’à une révolte vers 1450. Lorsque les Espagnols arrivent, la région est aux mains de cités-États de moindre importance.

Dans les hautes terres du sud, la culture maya continue de vivre à travers de petits royaumes comme celui de Quiché, qui est à l'origine d'un des textes les plus connus de la mythologie maya : le Popol Vuh.

L’écriture hiéroglyphique maya continue à être utilisée dans les codex, faits de longues bandes de fibre végétale recouvertes de chaux et pliées en accordéon. Quatre d’entre eux ont survécu : ceux de Dresde et de Paris, le Codex Troano de Madrid et le Grolier.

Les Espagnols commencent la conquête des terres mayas vers 1520. Quelques royaumes continueront néanmoins à résister farouchement, jusqu'à ce que le dernier État maya, le royaume d'Itza, au Guatemala, tombe en 1697.

Économie et société

La société maya est divisée en classes : nobles, religieux, militaires, artisans, commerçants, paysans (la majorité) et l’équivalent des serfs. Elle est dirigée par des chefs héréditaires, de filiation patrilinéaire, qui délèguent leur autorité sur les communautés villageoises à des chefs locaux. La terre, propriété de chaque village, est distribuée en parcelles aux différentes familles.

La structure sociale est complexe, elle est fondée sur une organisation familiale patrilinéaire, une division sexuelle du travail et une répartition par secteurs d'activité. Les agriculteurs, c'est-à-dire la majeure partie de la population, se divisaient en paysans, serviteurs et esclaves. L'élite, de son côté, se répartissait en guerriers, prêtres, administrateurs et dirigeants. L'élite et le peuple ne formaient pas des catégories antagonistes, car des liens de parenté ou d'alliance unissaient dirigeants et serviteurs, chefs et paysans.

Il semble que les Mayas aient vécu selon un système de cités-États. Cette indépendance relative des communautés a d'ailleurs été un facteur facilitant la conquête par les espagnols qui n'eurent pas à affronter un peuple présentant un front uni.

L’économie maya reposait principalement sur l’agriculture (maïs, coton, haricots, courge, manioc, piment, arbres fruitiers, cacao). Le terme de maya lui-même désigne « ceux qui cultivent le maïs ». Les techniques de filature, de teinture et de tissage du coton sont extrêmement perfectionnées. Les Mayas domestiquaient le chien, élevaient des dindons et pratiquaient l’apiculture. Ils ne possédaient pas d’animaux de trait ou de véhicules à roues. Les outils en métal n’existaient pas.

Les différents peuples mayas entretenaient de nombreuses relations commerciales avec des cités lointaines. Les fèves de cacao et les clochettes en cuivre servaient de monnaie d’échange: le cuivre était aussi utilisé à des fins décoratives, comme l’or, l’argent, le jade, les coquillages et les plumes de quetzal.

Culture

Architecture

La forme la plus emblématique de l'architecture maya est la pyramide en escalier.

L'apogée de la culture maya a coïncidé avec l'émergence de grandes cités, centres de pouvoir religieux, commercial et politique, comme Chichen Itza, Tikal et Uxmal. L'observation du style de l'architecture maya est une des clés pour comprendre cette civilisation.

Les villes

L'emplacement des villes mayas ne semble pas être planifié; elles se déploient en effet un peu au hasard sur tous types de terrains plaines du nord du Yucatan (la péninsule du Yucatan où rayonna la civilisation maya est un bas plateau calcaire qui ne s'élève guère au dessus du niveau de la mer et couvert d'une jungle épaisse. Sous ce climat tropical, la végétation envahit les pierres et masque les oeuvres de ce peuple ancien qui adopta l'architecture verticale pour se rapprocher de ses dieux), collines de l’Usumacinta.

Au cœur de la cité maya se trouvent de larges places où se concentrent les bâtiments officiels, temples, acropole royale, stade, etc. Une attention particulière est portée à l'orientation des temples et des observatoires afin de respecter la cosmogonie maya. Dans un deuxième cercle autour de ce centre rituel se concentrent les demeures des nobles, les temples mineurs. Enfin, en dehors de ce centre urbain se déploient les modestes maisons du peuple.

L’architecture classique maya peut se résumer en une division de l’espace en deux : un espace public monumental, urbanisé et un espace privé relégué au second plan. C’est seulement à la fin de l’ère post classique que les cités se fortifient, détruisant les larges places de l’ère classique.


Les matériaux

Un des aspects étonnants de la culture maya est sa capacité à construire d’immenses ouvrages à l’aide de techniques rudimentaires. En effet, les mayas n’utilisaient ni outils en métal, ni poulies, ni même la roue. En contrepartie, l’architecture maya exigeait une importante main d’œuvre.

Toutes les pierres des bâtiments mayas semblent provenir de carrières situées à proximité. Le matériau le plus utilisé était le calcaire, qui peut être facilement taillé avec des outils en pierre. Le mortier est lui aussi à base de calcaire pilé, brûlé et mélangé qui reproduit les propriétés du ciment. Les progrès dans la taille des pierres réduiront l’utilisation de ce mortier, les pierres s’emboîtant parfaitement.

On note également l'apparition de la céramique à pâte fine sur des sites comme Seibal et Altar de Sacrificios à la fin du VIIIe siècle, dont l'introduction témoigne d'une influence sur la culture maya, et a servi à appuyer la thèse d'invasions étrangères qui pourraient être à l'origine de l'état de guerre qui a anéanti la civilisation classique.

Les techniques de construction

La plupart des bâtiments en pierre reposent sur une chappe dont la hauteur varie de moins d'un mètre pour les petites structures, à plus de 45 mètres pour les grands temples et les pyramides. Sur au moins un côté se trouve une volée de marches, souvent très raide.

Cette chappe était constituée d’une série de cellules délimitées par des murs. L’espace créé par ces cellules était ensuite rempli de gravier.

Les surfaces étaient recouvertes de plâtre par souci d’uniformité. Le plâtre était produit en brûlant la pierre calcaire en poudre qui était ensuite mélangée avec du sable calcaire (sascab) et de la résine d’arbre (holol) pour la plasticité.

Enfin les surfaces étaient peintes avec des pigments minéraux et organiques dont l’hématite et l’indigo qui servaient à produire les deux principales couleurs : rouge et bleu. Le célèbre bleu maya était ainsi constitué d’indigo, d’azurite (minéral) et d’argile paligorskite.

L’architecture maya se caractérise par l’emploi généralisé du mortier dans les constructions. En effet, ne connaissant pas la technique de la voûte (assemblage de blocs en équilibre répartissant la poussée gravitationnelle sur les murs adjacents ou des piliers), leurs possibilités de créer des espaces couverts étaient très réduites. L’usage de colonnes et d’architraves n’a d’ailleurs été constaté qu’en de rares occasions apparemment involontaires. Dépourvus de ces moyens élémentaires, les Mayas ont ainsi systématiquement employé le mortier, avec toutes les conséquences que cela implique : des murs très épais afin de soutenir un plafond excessivement lourd, et un espace intérieur exigu. Les longues galeries des palais de Palenque ou d’Uxmal montrent l’utilisation d’une sorte de voûte en encorbellement, dite « fausse voûte » car précisément elle n’en est pas une. Chaque strate de blocs ajoutée gagne peu à peu sur le vide, à la manière des maisons européennes médiévales où chaque étage supplémentaire s'avançait un peu plus sur la rue en contrebas. Dans le cas des bâtiments mayas, il suffisait que les encorbellements s'élèvent à partir de deux murs opposés séparés par une faible distance pour qu’ils finissent par se rejoindre, formant alors une « fausse voûte ». Afin de faire tenir l'ensemble, le mortier était indispensable, l’encorbellement étant voué à s’effondrer s’il dépasse une limite fatale imposée par la gravité.

Vu de l'extérieur, l’épaisseur du plafond était supérieure ou égale à la hauteur de la galerie intérieure, donnant à l’édifice une lourdeur énorme. Les Mayas en ont profité pour donner libre cours à leurs talents artistiques : les façades hautes et presque aveugles leur en laissaient largement les moyens. Divers stratagèmes ont donc été employés pour limiter l’aspect pesant des bâtiments. Frises géométriques, colonnettes verticales ou encore sculptures plus ou moins élaborées se sont développées pour atteindre leur apogée à l’ère post-classique. Le style puuc au Yucatan en est le meilleur exemple (Uxmal, Labna, Kobah, Sayil, etc.)

Bâtiments remarquables

Plates-formes cérémonielles

Ces plateformes de calcaires de moins de quatre mètres de haut étaient utilisées pour les cérémonies officielles et les rites religieux.

Palais

Immenses et très décorés, les palais se trouvent au centre de la cité, ils abritent l’élite de la population.

Ceux qui sont particulèrement grands, ou qui comportent différents niveaux, étaient peut être utilisés comme acropole. Néanmoins la plupart ne comportent qu’un niveau, de petites pièces et sont richement décorés, ce qui renforce l’hypothèse de leur utilisation comme habitations.

Il semble aussi que ces palais étaient utilisés comme tombes.

Groupe en E

L’utilité de cette structure courante dans les cités mayas reste un mystère. Sur le côté ouest de la place centrale se trouve une pyramide, qui fait face à trois petits temples d’où le nom de Groupes en E.

Certains pensent que ces structures sont des observatoires car depuis la pyramide, le soleil apparaît dans l’alignement exact des petits temples lors des solstices et des équinoxes. D’autres avancent qu’ils représentent l’histoire de la création du monde illustrée par les sculptures et les dessins qui ornent ces structures.

Quelques exemples célèbres : la structure E-VII à Uaxactun et le groupe du complexe du Monde perdu à Tikal.

Pyramides et temples

Les pyramides sont probablement l’élément visuel le plus connu de la civilisation maya. Les installations cérémoniales dans les villes mayas, c’est-à-dire les places, les pyramides et les palais, étaient conçues de façon à reproduire, à un niveau symbolique, le paysage sacré tel qu’il existait au moment de sa création par les dieux. Les pyramides représentaient les montagnes. C'est depuis ces endroits que les rois, usaient de transes et de rites pour accéder au monde surnaturel qui leur permettait de converser avec les dieux. Les pyramides abritaient également les tombes royales.

Les temples-pyramides s’inscrivaient dans une longue tradition culturelle en Méso-Amérique. Les Olmèques érigeaient déjà des montagnes artificielles. Les Mayas ont innové en ajoutant à la pyramide et au temple des façades taillées et peintes qui exprimaient des messages politiques et religieux. En fait, ils recouvraient toute la pyramide de plâtre (stuc), puis ils peignaient le tout en rouge ou d’une autre couleur vive.

La naissance des pyramides de méso-amérique n'a donc rien à voir avec les pyramides d'Égypte. À l'argument géographique (plus de 13 000 kilomètres) s'ajoute l'argument temporel (plus de 3 500 ans). En effet les pyramides mayas ou leurs homologues aztèques sont apparues pour la plupart après le VIIIe siècle de notre ère, tandis que les tombeaux égyptiens ont été bâtis dès le début du IIIe millénaire avant notre ère. À noter aussi que leur fonction est totalement différente. Les pyramides mayas sont avant tout l’assemblage de deux structures superposées : un socle monumental, le « corps » de l’édifice, et le temple, dont l’importance est prédominante. Le socle n’a pour fonction que de rehausser le temple, de montrer que le dieu est supérieur à la population, qu’il s’élève au-dessus du commun des mortels. Il n’a, en lui-même, quasiment aucune symbolique. L’appellation de pyramide est ainsi erronée.

Certains objectent pourtant que des tombes ont été aménagées sous ces temples, leur donnant une vocation funéraire. Toutefois, même s’il s’agit effectivement d’une pratique courante chez les Mayas, on ne peut ici non plus faire un parallèle avec l’Égypte. Comme dit précédemment, la pyramide méso-américaine a une fonction éminemment cultuelle. En se faisant inhumer sous l’édifice, les souverains entendaient simplement que le culte rendu dans le temple supérieur leur soit profitable : après leur mort, le temple constituerait une sorte de mémorial, entretenant leur souvenir.

Dans la jungle du Petén, surgit entre les arbres de la forêt le centre religieux de Tikal. Fabuleuse clairière, cette ancienne cité-Etat maya dressait ses pyramides de 60 mètres de haut. Tout autour vivaient 50000 paysans, artisans et esclaves, main-d'oeuvre nécessaire à des bâtisseurs ignorant la traction animale. On peut parler de villes fantômes émergeant de la forêt. Jamais l'homme n'a aussi bien maîtrisé les éléments naturels que les Mayas de la période classique. Il y a quinze siècles, Tikal régnait sur la jungle du Guatemala de ses pyramides orgueilleuses. Le centre cérémoniel était recouvert de stuc. Même le sol des temples était peint en rouge, la couleur du soleil et du sang. Sur l'une des plate-formes, le chef de la cité, entouré de deux grands prêtres, préside un rituel, dominant la procession des seigneurs, des sacrificateurs et de leurs victimes avec le concours des musiciens. Cette description provient de documents historiques.

Observatoires

Les Mayas étaient de très bons astronomes, ils avaient une connaissance très pointue des évolutions des objets célestes, plus particulièrement de la Lune et de Vénus. Beaucoup de temples sont orientés en fonction d’évènements célestes.

Les temples ronds dédiés à la divinité Kukulcan sont souvent décrits comme les observatoires des Mayas, bien qu’il n’y ait aucune preuve qu’ils aient été utilisés à ce seul effet.

Stades

Le jeu de balle que l’on trouve sur différents sites archéologiques était un élément important de la culture maya. Il s’appelait le Pok-ta-Pok.

Le terrain est délimité par deux terrasses sauf aux extrémités, il a la forme d'un I majuscule dont les grands côtés sont composés de murs inclinés. En haut de chaque mur, sur chaque plateforme se trouvait le public. Le terrain en lui même était dénommé Tachtli ; il représente l’Univers, et la balle, le Soleil.

Les parties se déroulaient en fonction du calendrier astronomique maya, afin d’y implorer et de satisfaire les dieux par des sacrifices humains.

En son centre, sur chacun des deux côtés trônent deux immenses anneaux de pierre à cinq mètres de hauteur dans lesquels la balle de caoutchouc nommée Kik devait passer.

Chaque équipe de deux à douze joueurs devait se renvoyer la balle par l’anneau de pierre en employant selon les régions : les hanches, coudes, genoux où parfois les parties extérieures de la main et sans laisser tomber la balle par terre ; ce qui mimait la course du Soleil.

La balle faite de latex avait une grosseur d’environ quinze à vingt centimètres de diamètre ; son poids et sa dureté devaient donc faire très mal lors des chocs avec les différentes partie du corps des joueurs.

Art

L’art maya de la période classique (200-900) est considéré par beaucoup comme l'un des plus beau et des plus fin de la période précolombienne. On a d'ailleurs souvent qualifiés les maya de Grecs du Nouveau Monde, tant était grande leur supériorié dans le domaine esthétique. Dans l'art de la fresque, les maya étaient passés maîtres dès le IIIe siècle. Les bas-reliefs de Palenque et la statuaire de Copán sont particulièrement gracieux et dénotent un sens de l’observation du corps humain très précis. Malheureusement, le climat a dégradé ces représentations. En revanche, les peintures qui ornent les objets funéraires sont assez bien conservées. Ennemis les plus dangereux des archéologues : les pilleurs de tombes. Certains trafiquants disposent de moyens considérables pour organiser des razzias systématiques.

Les premiers archéologues à travailler sur ces civilisations pré-colombiennes en furent particulièrement marqués, aussi qualifièrent-ils cette ère de classique. Il ne reste que quelques traces des peintures de l’ère classique maya, dont la majorité est constituée de poteries funéraires et autres céramiques mayas. Un bâtiment de Bonampak porte d’anciennes peintures murales qui ont par chance survécu. Le déchiffrement de l’écriture maya nous a appris que les Mayas furent l’une des rares civilisations où les artistes signaient leurs œuvres de leur nom.

Écriture et littérature

Système d'écriture

L’écriture maya apparaît à partir de 300 avant JC. À en juger par les documents dont nous disposons, l’écriture maya passe assez rapidement d’une forme logographique, où chaque mot est représenté par un dessin, à une forme mixte, logographique et phonétique de type syllabique : le mot peut aussi être divisé en unités plus petites, dans le cas maya, des syllabes, chacune représentée par un signe.

Les Mayas utilisaient 800 signes individuels ou glyphes, disposés deux par deux en colonnes se lisant de gauche à droite et de haut en bas. Les glyphes mayas représentaient des mots ou des syllabes se combinant pour désigner n'importe quel concept. Les inscriptions hiéroglyphiques étaient soit gravées dans la pierre ou le bois sur des monuments et des œuvres architecturales, soit peints sur du papier, des murs de plâtre ou des objets en céramique. Le système n'était pas alphabétique

L’écriture maya est actuellement décodée à environ 80 %.

Matériel

Les Mayas écrivaient avec des pinceaux faits en poils et plumes d’animaux. Ils utilisaient de l’encre noire et rouge, d’où le nom donné au territoire maya par les Aztèques : « Le pays du rouge et noir ».

Scribes

Les scribes avaient une position sociale très importante, les fresques montrent souvent les puissants avec du matériel d’écriture.

Religion

La religion maya présente des similitudes avec la religion aztèque ; elle comprenait également des sacrifices humains. Le calendrier maya situait la fin du monde au XVIe siècle, et l’apparition des conquistadors à cette époque jeta la plus grande confusion car ces derniers furent accueillis comme les dieux annoncés. Les Mayas n’opposèrent donc que très peu de résistance à ce qu’ils considéraient comme des êtres surhumains et un destin immuable. Le principal centre religieux du monde maya était Chichén Itzá.

Les Mayas croyaient en la récurrence des cycles de la création et de la destruction. Les rituels et les cérémonies étaient étroitement reliés à ces multiples cycles terrestres et célestes. Le rôle du prêtre maya était d'interpréter ces cycles et de prophétiser les temps passés et à venir. Si des temps sombres étaient prévus, il fallait faire des sacrifices pour apaiser les Dieux. Pour suivre ces cycles ils utilisaient plusieurs calendriers : un calendrier sacré, le plus important de 260 jours, appelé calendrier Tzolkin; un calendrier de 365 jours basé sur l'année solaire, le calendrier haab; un calendrier lunaire; un calendrier basé sur Vénus ainsi qu'un système unique en Mésoamérique, appelé le compte long de l'Époque classique.

Si la religion maya reste en grande partie obscure, on sait néanmoins qu’ils croyaient que le cosmos était séparé en trois entités différentes : le monde inférieur, la terre et le ciel.

Le ciel était composé de treize strates, chacune ayant sa propre divinité. Au niveau le plus élevé se trouvait l’oiseau muan.

Le monde souterrain comportait neuf strates sur lesquelles régnaient neuf seigneurs de la Nuit. Le monde souterrain était un endroit froid et inhospitalier auquel étaient destinés la plupart des Mayas après leur mort. Lorsque les rois mouraient, ils empruntaient le chemin lié au mouvement cosmique du soleil et tombaient dans le Monde inférieur, mais parce qu’ils possédaient des pouvoirs surnaturels il renaissaient dans le Monde céleste et devenaient des dieux. Cet univers souterrain accueillait aussi chaque soir les corps célestes comme le Soleil, la Lune et Vénus, une fois franchi le seuil de l’horizon.

Le panthéon maya renfermait un nombre incalculable de divinités. Cette prolifération s’explique en partie par le fait que chacune des divinités se présentait sous des aspects multiples. Certaines avaient plus d’un sexe, d’autres pouvaient être à la fois jeunes et âgées. Chaque dieu représentant un corps céleste possédait dans le monde souterrain un visage différent qui se révélait chaque soir à sa « mort ».

Les Mayas voyaient la Terre comme une forme plate et carrée. Chacun de ses quatre angles était situé à un point cardinal et était représenté par une couleur : le rouge à l’est, le blanc au nord, le noir à l’ouest et le jaune au sud. Le centre était vert.

Certains Mayas croyaient aussi que le ciel était stratifié et que chacun de ses quatre angles était soutenu par une divinité d’une musculature impressionnante appelée Bacab. Pour d’autres, le ciel était soutenu par quatre arbres de couleurs et d’espèces différentes, et le ceiba vert, ou liard, se dressait au centre.

Pour les Mayas, la forme aplatie de la Terre représentait le dos d’un crocodile géant reposant dans un bassin rempli de nénuphars. Dans le ciel, le pendant du crocodile était un serpent bicéphale, une notion sans doute attribuable au fait que le vocable maya désignant le ciel ressemble au mot serpent.

L’élite était obsédée par le sang - le sien et celui des prisonniers - et le rite de la saignée constituait un important aspect de tout grand événement du calendrier maya. La saignée servait aussi à se concilier les dieux et au début du déclin de la civilisation maya.

Pour les Mayas, le sacrifice sanglant était nécessaire à la survie tant des dieux que des humains, faisant monter l’énergie humaine vers le ciel et recevant en retour le pouvoir divin. Le roi se servait d’un couteau d’obsidienne ou d’un aiguillon de pastenague pour s’entailler le pénis, dont il laissait couler le sang sur du papier contenu dans un bol. Les épouses des rois prenaient aussi part à ce rite en tirant une corde hérissée d’épines à travers leur langue. On faisait brûler le papier taché de sang, et la fumée qui s’en élevait établissait une communication directe avec le Monde céleste.

La coutume voulait que les prisonniers, les esclaves, surtout les enfants et notamment les orphelins et les enfants illégitimes que l’on achetait spécialement pour l’occasion, soient offerts en sacrifice. Avant l’ère des Toltèques, on sacrifiait plutôt les animaux que les humains.

« A chaque divinité correspond un rite particulier durant lequel les victimes sont promises au rang de "substituts du dieu". Pour la divinité de la Pluie, particulièrement vénérée, ce sont des enfants que l'on noie, leurs larmes étant de bon augure pour obtenir des pluies abondantes [...] d'après les croyances du temps, les dieux sont littéralement "affamés" de nouvelles proies, ce qui explique l'état quasi permanent de guerre qui règne chez les Mayas, comme d'ailleurs chez d'autres peuplades méso-américaines. Les prisonniers vont constituer une sorte de "vivier à sacrifices"». Tous les sacrifiés ne sont cependant pas contraints. En effet, « les victimes sont promises à une destinée enviable, celle d'accompagner le soleil dans sa course quotidienne, avant de revenir quatre ans plus tard sur terre, sous l'aspect d'un papillon ou d'un colibri. Cette croyance explique que les futurs sacrifiés sont souvent consentants, voire volontaires. La mort n'est pas, en effet, une fin mais, au contraire, le commencement d'une renaissance ».

Les sacrifices pouvaient être massifs : « Ainsi, en 1487, plusieurs centaines de prisonniers sont sacrifiés pour une telle occasion » (l'inauguration d'un temple)

Science et technique

Comme les autres civilisations proto-colombiennes, si les Mayas étaient par certains aspects en retard sur l’Europe (notamment concernant la poudre), ils étaient en revanche très avancés dans d'autres secteurs. Leur connaissance de l’astronomie notamment surprend encore les scientifiques actuels. Leurs réalisations architecturales sont également remarquables. Les Mayas avaient créé un type de voûte particulier que l’on peut observer à Uxmal. Leurs édifices exploitent par ailleurs leurs connaissances astronomiques pour créer des effets saisissants à partir de jeux de lumière .

Bien qu’il soit parfois affirmé que les Mayas ne connaissaient pas la roue, les découvertes réalisées sur certains sites archéologiques (entre autres à Palenque) montrent le contraire. Néanmoins la roue n’était pas utilisée en tant qu’outil, car elle avait pour eux un caractère sacré.

Une des pratiques les plus anciennes fut d'ériger des stèles pour commémorer ou marquer des évènements historiques; auparavant on érigeait des stèles de façon irrégulière; puis on les érigeait selon une certaine périodicité, généralement à la fin de chaque katun, période cyclique de 20 ans. Ces dates ont pu être lues grâce à la clé que nous a donné Diego de Landa. Les Mayas construisaient leur calendrier à partir de la date légendaire de 3113 av. J.-C., et ils utilisaient des unités de temps plus importantes telles que le baktun, période cyclique comprenant 20 katuns, (c'est-à-dire 200 années mayas, correspondant à 394 de nos années).

Mathématiques

Les Mayas (ou leurs prédecesseurs olmèques) utilisaient un système en base 20 comprenant un sigle zéro. Les inscriptions montrent qu’ils étaient capables de manier de très grands nombres. Le système mathématique de base 20 (vicésimal), c'est-à-dire à vingt chiffres élémentaires (nous utilisons un système de base 10, décimal), de même que leur méthode de positionnement graphique, leur permettait des calculs à l’infini. L’invention du zéro, bien avant les Indiens et les Arabes, a été révolutionnaire. Elle leur a permis de mener des recherches astronomiques poussées dont le degré de précision est très impressionnant. Les prêtres et astronomes mayas ont estimé de façon très pointue la durée de l'année solaire, bien que dans la vie courante ils utilisent une année de 365 jours . Par exemple, le calendrier grégorien déterminait l’année solaire à 365,2425 jours ; le calendrier maya, à 365,2420 jours ; et l’astronomie moderne 365,2422 jours. En clair, sept siècles avant les Européens, munis d’instruments archaïques et après des années d’observations au cœur de la jungle, les Mayas ont été capables de déterminer la durée d’une année solaire avec une précision extrême. Il faudra attendre le XIXe siècle pour que les progrès techniques puissent affiner cette évaluation.

Leurs analyses astronomiques étaient très précises, leurs études du mouvement de la Lune et des planètes étaient remarquables pour des gens qui ne travaillaient qu’à l’œil nu.

Redécouverte de la civilisation maya

Les colonies espagnoles du Nouveau Monde étaient largement coupées du monde et les ruines de ces antiques cités étaient tombées dans l’oubli enfouies dans la végétation tropicale.

En 1839 un écrivain et voyageur américain John Lloyd Stephens, en entendant les récits de cités en ruine dans la jungle, visite Copán, Palenque, et d'autres sites en compagnie de l’architecte anglais Frederick Catherwood. Leurs croquis suscitent un vif intérêt de par le monde et déclenchent la redécouverte de cette civilisation précolombienne majeure.

De nos jours, une large part de la population rurale du Guatemala, du Yucatan et du Belize descend des Mayas et parle une langue maya.

Sources Wikipedia (Licence Gnu)


Catégorie : Civilisation
Page lue 2800 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

 
Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


 
Membres

 Nombre de membres 456 membres


Utilisateurs en ligne

( personne )
Le Coin Poésie

Venez vous dépayser un instant avec les créations poétiques du site. smile

Jeu Idioma


REVISOR FPS
 




Visitar


Ephéméride
Lundi
10
Décembre 2018

Bonne fête à tous les :
Romaric


C'était aussi un 10 Décembre
1948

L'ONU adopte la Déclaration des Droits de l'Homme.


Né(e) un 10 Décembre 1960
Kenneth Branagh

Pages Jaunes
Activité(ex : médecin)
Nom: (ex : Dupont)
Ville: (ex : Paris)
Adresse: (ex : 2 rue de la clef)
Dép. ou région: (ex : 75000 )
Recherche




Google

Traduction

Sondage
Quels sont vos besoins sur ce site?
 
De la culture
De la grammaire
Des exercices
Du vocabulaire
Des informations
Résultats
Top des liens
Créer des exercices|Tutoriel animé - Quizmultiple L'Europe - Géographie L'Europe - Géographie L'espagne - Historique Créer un film - a.Organisation La vie - Les fêtes Grammaire - L'apocope Grammaire - La négation Grammaire - Traduction de "dont" Grammaire - La préposition "a" Réflexions - Evaluer les élèves Le verbe - Les groupes L'art - Le gothique L'art - Le Baroque L'art - La renaissance Usage du Multimédia|Le B2i|Compétences - Le niveau 1 Le Cadre Européen - Un exemple de grille Le verbe|Le subjonctif - Le présent Le verbe - La diphtongue Le verbe - Le verbe pronominal Le verbe|L'impératif - Formation Le verbe|L'indicatif - L'imparfait Le verbe|Le subjonctif - Usages Le verbe|Le gérondif - Formation Le verbe|L'indicatif - Le présent Le verbe|Ser y Estar - Formation Usage du Multimédia|Le B2i - Validation Evaluation - Grille Le verbe|L'indicatif - Le passé simple Le verbe|L'indicatif - Le futur Le verbe|Le conditionnel - Formation Le verbe|Les temps composés - Formation Le verbe|Le subjonctif - Imparfait Le verbe|La forme progressive - Formation Des idées de projets - Mise en place Quelques outils - Graphisme Quelques outils - Audio Quelques Liens - Pour l'écrit Quelques Liens - Pour L'oral Quelques Liens - La Littérature Quelques Liens - La Politique Quelques Liens - Le Cinéma Quelques Liens - Les Institutions Quelques Liens - Les Journaux Quelques Liens - Les Publicités L'art|Les artistes - Pablo Picasso L'art|Les artistes - Antonio Gaudi L'art|Les artistes - Diego Velázquez L'art|Les artistes - El Greco L'art|Les artistes - Francisco Goya L'art|Les artistes - Francisco de Zurbarán L'art|Les artistes - Joan Miró L'art|Les artistes - Juan Gris L'art|Les artistes - Salvador Dalí L'espagne - L'économie L'espagne - La guerre civile L'espagne - La géographie L'espagne - Les autonomies La vie - La cuisine La vie - La musique La vie - La presse La vie - Le cinéma Grammaire - Gustar Grammaire - L'accent tonique Grammaire - L'alphabet Grammaire - L'article Grammaire - L'obligation Grammaire - La date Grammaire - La prononciation Grammaire - Le genre Grammaire - Le nombre Grammaire - Le traduction de "dont" Grammaire - Les adjectifs démonstratifs Grammaire - Les adverbes de lieu Grammaire - Les chiffres Grammaire - Les pronoms démonstratifs Grammaire - Por y Para Le verbe|L'indicatif - Le passé composé Civilisation - Les Incas Civilisation - Les Mayas Les pays|L'Argentine - Histoire Expressions - Phrases courantes Consignes - Travail en classe Etude - La publicité Etude - Poème Recherche - Réussir une recherche Créer des exercices|Hotpotatoes - a.Présentation Créer des exercices|Hotpotatoes - b.Installation Créer des exercices|Hotpotatoes - c.Jquiz Créer des exercices|Hotpotatoes - d.Jcloze Des idées de projets - Un livre interactif Des idées de projets - Un recueil de poésies Des séquences - Goya Des séquences - Los conquistadores Evaluation - Bac Evaluation - Bilan des fautes Examens - Intermedio Créer un site - d.Structure Usuel - Pour une analyse Idiomatismes - quelques expressions Des séquences - Andalucía Usage du Multimédia|Le B2i - Mise en place Les pays|L'Uruguay - Histoire Les pays|La Bolivie - Histoire Les pays|La Colombie - Histoire Les pays|Le Chili - Histoire Les pays|Le Costa Rica - Histoire Les pays|Le Guatemala - Histoire Les pays|Le Honduras - Histoire Les pays|Le Mexique - Histoire Les pays|Le Nicaragua - Histoire Les pays|Le Panama - Histoire Les pays|Le Paraguay - Histoire Les pays|Le Pérou - Histoire Les pays|Le Salvador - Histoire Les pays|Le Venezuela - Histoire Thématique - Le corps Thématique - Les animaux Thématique - Les métiers Thématique - Les transports Thématique - La communication Cours à la demande Des séquences - Segovia Analyse - La Alhambra Culture - Frida Calo La cuisine|Recettes - Cochinillo asado Thématique - Internet Thématique - La famille Tv Espagne - TeleMadrid Usage du Multimédia|Le B2i|Applications - Le niveau 2 Mot du webmaster La cuisine|Recettes - La Tortilla Les conquistadors - Christophe Colomb L'expression - Analyser un document QCM - QCM2 Examens - Bac série L L'art - El misterio de las Meninas L'espagne - Chronologie détaillée L'espagne - Chronologie flash La corrida - Histoire La cuisine|Recettes - El pisto La cuisine|Recettes - Gaspacho Andalou La cuisine|Recettes - La Paella La cuisine|Recettes - La Zarzuela La cuisine|Recettes - Los Churros La cuisine|Recettes - Migas La cuisine|Recettes - Pan con tomate La vie - Fiesta de Navidad Villes d'Espagne - Barcelone Villes d'Espagne - Grenade Villes d'Espagne - Madrid Villes d'Espagne - Séville Villes d'Espagne - Valence Grammaire - Diminutifs et suffixes Grammaire - La possession Le verbe - Concordance des temps Le verbe - Tableau des verbes Auteurs - Benito Pérez Galdós Auteurs - Calderón de la Barca Auteurs - Fernando de Rojas Auteurs - Fray Luis De León Auteurs - Garcilaso de la Vega Auteurs - Gonzalo de Berceo Auteurs - Gustavo Bécquer Auteurs - Jorge Manrique Auteurs - Lope de Vega Auteurs - Luis de Góngora Auteurs - Miguel de Cervantes Auteurs - Pío Baroja Auteurs - Quevedo Les courants - El romancero Les courants - Le Moyen Age Les genres - El Teatro Les genres - La lírica Orthographe - La ponctuation Les genres - La narrativa Oeuvres - El Caballero de Olmedo Oeuvres - El Lazarillo de Tormes Oeuvres - La Celestina Oeuvres - La vida es sueño Outils - Figuras literarias Outils - Tipos de estrofas Thématique - La maison Thématique - La nourriture Thématique - La politique Thématique - La ville Thématique - Les habits Thématique - Les études Civilisation - Tenochtitlán Les conquistadors - Francisco Pizzaro Les conquistadors - Hernán Cortés Les conquistadors - Pedro de Alvarado Les conquistadors - Vasco Núñez de Balboa Analyse - Almodóvar Analyse - Les mayas Analyse - Manu Chao Analyse - Un film:La Momia Analyse - Un tableau: Dali Analyse - Velazquez Bâtir une séquence - Exemple: los aztecas Cours - Premiers cours Créer un film - b.Les bases Créer un film - c.Le récit Créer un film - e.Evaluation Créer un film - f.Réalisation Créer un film - g.Le montage Créer un site - a.Objectifs Créer un site - b.Description Créer un site - c.Approche Créer un site - e.La recherche Créer un site - f.Les outils Créer un site - g.La conception Créer un site - h.Synthèse Créer un site - i.Publication Etude - Document iconographique Etude - L'article de presse Etude - L'essai Etude - La publicité Etude - Le commentaire de texte Etude - Le conte Etude - Le roman Etude - Le texte littéraire Etude - Le théâtre Initiation multimédia - Powerpoint pas à pas Calendrier scolaire - Année 2007-2008 Créer des exercices|Tutoriel animé - Jmatch Calendrier scolaire - Année 2008-2009 La hora - ¿Qué hora es? Tv Latina - Chili Tv Espagne - CNN Des séquences - La familia real Le sport - Balonmano Orthographe - Dictée Révision - Conjugaison Créer des exercices|Tutoriel animé - Jcross Information Civilisation - Les prophéties Mayas Géographie - América del Sur Géographie - Las provincias Culture - L'espagne Tv Espagne - Madrid Le Cadre Européen|Compétences - Ecrire niveau B Vocabulaire|La ville - Les paires Missions du Prof - Compétences attendues Missions du Prof - IO Créer des exercices|Hotpotatoes - g.Jmix QCM - QCM1 Le Coin Lecture - Livres Vocabulaire|L'école - La roue Le cahier de textes - Pistes Culture - García Lorca QCM - Palabras Des séquences - Los alimentos Créer des exercices|Tutoriel animé - Jquiz Evaluation de l'écrit - Série STG Evaluation - Auto-Evaluation Missions du Prof - Enseigner Des séquences - Don Quijote Test de niveau - Général Examens - Elemental Orthographe - L'accent Vocabulaire|Le corps - La roue Le Cadre Européen|Compétences - Ecouter niveau C Le Cadre Européen|Compétences - Converser niveau B Usage du Multimédia|Le B2i|Applications - Le niveau 1 Le Cadre Européen|Compétences - Ecrire niveau C Examens - Bac série ES Des séquences - Los murales Culture - El viaje de Quijote Orthographe - Prononciation Créer des exercices|Tutoriel animé - Qcm Programme annuel - Exemple Géographie - Las provincias (fácil) Créer des exercices|Tutoriel animé - Jcloze Des séquences - Gaudí Des séquences - Camino de Santiago Le sport - Deportes de raqueta Calendrier scolaire - Année 2009-2010 Orthographe - Compréhension Vocabulaire|La ville - Associations Le Cadre Européen|Compétences - Ecouter niveau B Vocabulaire|L'école - Associations Vocabulaire|Le corps - Asociar Créer des exercices|Tutoriel animé - Quizmultiple Vocabulaire|La famille - La roue Le Cadre Européen|Compétences - S'exprimer niveau C L'Europe - Géographie Le Cadre Européen|Compétences - Converser niveau A Orthographe - Le questionnement Des séquences - Généralité Réflexions - L'avenir de l'école Vocabulaire|Les aliments - Les fruits L'Europe - Chronologie Le sport - Fútbol Vocabulaire|La ville - La roue Le Cadre Européen|Compétences - Ecrire niveau A Le Cadre Européen|Compétences - Converser niveau C Créer des exercices|Tutoriel animé - Hybride Vocabulaire|Les habits - Crucigrama Examens - Bac série STG Vocabulaire|La famille - Associations Vocabulaire|Le corps - Associations Usage du Multimédia - Présentation Révision - La serpiente Examens - Bac série S Vocabulaire|La famille - Les paires Le Cadre Européen - Introduction Vocabulaire|L'école - Les paires Des séquences - El caso Betancourt Premiers cours - guide Vos questions Géographie - Las Comunidades Usage du Multimédia|Le B2i|Compétences - Le niveau 2 Je recherche Le Cadre Européen|Compétences - Ecouter niveau A Aide à la traduction Toutes vos créations Test de niveau - Votre niveau Tv Espagne - LaOtra Madrid L'Europe - La politique Le Cadre Européen|Compétences - S'exprimer niveau A Le sport - balonmano crucigrama Vocabulaire|Le corps - Les paires L'Europe - Les régions Usage du Multimédia|Le B2i - IO Créer des exercices|Hotpotatoes - e.Jmatch L'Europe - Les montagnes Des séquences - Los aztecas Auteurs - Federico García Lorca Musiques espagnoles - Quelques musiques classiques La Bamba Se va el caimán Clavelitos Cielito Lindo La Cucaracha Guantanamera Créer des exercices|Hotpotatoes - f.Jcross Compréhension de texte - En la carcel Compréhension - En la carcel Examens - Intermedio Alto Le Cadre Européen|Compétences - S'exprimer niveau B Réflexions - Motiver Vocabulaire Culture - Internet L'Europe - Le parlement L'Europe - Les paysages Orthographe - Compléter Tv Espagne - Salamanca Tv Espagne - Valladolid Tv Latina - Argentine Grammaire - L'interrogation Grammaire - La préposition Con Grammaire - La préposition de Les pays|Le Costa Rica - Histoire Signaler des disfonctionnements du site Un peu de patience Tv En Ligne Projet de traduction Servicios Radio España Cursos Básicos Livres Venez tester votre niveau Venez tester votre niveau Le Coin Poésie Tv Latina - Méxique Grammaire - Traduction de devenir Grammaire - Haber et Tener Grammaire - Le doute Grammaire - Hacia et Hasta Grammaire - L'hypothèse Auteurs - Gustavo Bécquer Civilisation - El mundo Maya Recherche - Réussir une recherche Grammaire - Le doute Thématique - Les métiers Cuentos - Caperucita Roja Grammaire - Acabar Grammaire - Al + infinitif Grammaire - Algo et Nada Grammaire - Alguno et Ninguno Grammaire - Aquí, ahí, allí Grammaire - Así Grammaire - Aunque Grammaire - Traduire Apprendre Grammaire - Ante, delante de, antes, después Grammaire - Autant, d'autant... Grammaire - gram Grammaire - ¿Por qué?, porque, el porqué Grammaire - LLevar Grammaire - Lo article neutre Grammaire - Lo article neutre Grammaire - Dire l'heure Grammaire - traduction de Il y a Grammaire - La concession Examens - Test: Inténtalo Pipiolo Examens - Test: Un día especial Examens - Test: Viajar por el mundo Examens - Test: Raúl Examens - Test: Cruzar el estrecho Grammaire - Gente et gentes Grammaire - Traduire le regret Grammaire - Traduire Seguir Grammaire - Ya, ya no, ya que Grammaire - También et tampoco Le verbe|L'impératif - Formation L'art - livres 20000 leguas de viaje submarino L'art - libros Joyeux Noël Nouveau design Nouveau forum Annuaire généraliste Cuentos - Alicia en el país de las maravillas Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 2 Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 3 Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 4 Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 5 Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 6 Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 7 Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 8 Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 9 Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 10 Alicia en el país de las maravillas CAPITULO 11 Feliz año nuevo 2008 Thématique - Le tourisme Revisor FPS Revisor FPS 2ème partie Revisor FPS 3ème partie Grammaire - Le superlatif La vie - Vie pratique Le Cadre Européen|Compétences - Un exemple de grille La vie - La musique Créer un site - b.Description Des séquences - Camino de Santiago Revisor FPS 4ème partie Des idées de projets - Un recueil de poésies Examens - Test: Raúl Examens - Test: Inténtalo Pipiolo Grammaire - cifras Grammaire - cifras Grammaire - La concession Géographie - Las provincias Thématique - Les animaux Thématique - Les loisirs Thématique - La santé Thématique - L'art Thématique - L'informatique El cuerpo Le verbe|L'indicatif - Le futur Quelques Liens - Pour l'écrit Thématique - Poids et mesures Thématique - L'école Thématique - Le ciel et les astres Thématique - La maladie Thématique - La terre Thématique - La mer Thématique - Les fleurs Thématique - Les légumes Thématique - La musique Thématique - Le commerce Thématique - La justice Thématique - La forêt Thématique - Les sports Thématique - L'hôtel et restaurant Thématique - Le travail Thématique - La poste Examens - Test: Inténtalo Pipiolo Grammaire - Según Grammaire - Les opérations Lexique juridique et économique - A Lexique juridique et économique - B Lexique juridique - C Lexique juridique - CH Lexique juridique - D Lexique juridique - E Lexique juridique - G Lexique juridique - H Lexique juridique - F Lexique juridique - I Lexique juridique - J Lexique juridique - L Lexique juridique - O Lexique juridique - M Lexique juridique - N Lexique juridique - P Lexique juridique - R Lexique juridique - S Lexique juridique - T Lexique juridique - U Lexique juridique - V Lexique juridique - W,X,Y,Z Quelques outils - Graphisme Vos idées Un simple site d'un passionné de la langue Exposition Internationale Zaragoza 2008 Lexique économique - A Lexique économique - B Lexique économique - D Lexique économique - E Lexique économique - C Lexique économique - I Lexique économique - G Lexique économique - F Lexique économique - L Lexique économique - H Lexique économique - J Lexique économique - K Vocabulaire Cours Lexique économique - N Lexique économique - M Lexique économique - S Lexique économique - R Lexique économique - U Lexique économique - O Lexique économique - W,X,Y,Z Lexique économique - P Lexique économique - V Lexique économique - T Lexique économique - Q Tv Espagne - Telecinco Créer des exercices|Hotpotatoes - c.Jquiz Grammaire - Algo et Nada Calendrier scolaire - Année 2009-2010 Les conquistadors - Francisco Pizzaro Vocabulaire|L'école - La roue Le verbe|Le subjonctif - Le présent Le verbe - Le verbe pronominal Compréhension de texte - En la carcel Thématique - L'enseignement supérieur Thématique - Le language La vie - Les fêtes La vie - Les fêtes Grammaire - LLevar Grammaire - Traduction de devenir La cuisine|Recettes - La Tortilla Auteurs - Federico García Lorca Musiques espagnoles - Quelques classiques Les pays|La Bolivie - Histoire Créer un site - g.La conception Thématique - La maison Thématique - La maison Revisor FPS 4ème partie Cuentos - Alicia en el país de las maravillas Les pays|L'Uruguay - Histoire de vacaciones La corrida - Histoire Grammaire - La date El cuerpo Examens - Test: Cruzar el estrecho Lexique juridique - W,X,Y,Z Thématique - La maladie Grammaire - Aunque Tests - Ser y estar Des séquences - El caso Betancourt Grammaire - Algo et Nada Tv Espagne - Barcelone nouveau membre L'art - La littérature Bienvenue Pily68 Civilisation - Les Mayas Lexique juridique - CH Les adjectifs Le climat - Glossaire España - Santigo de Compostela Livret Grammaire - Gustar Géologie - Les volcans Initiation multimédia - Powerpoint Thématique - La terre Jeux - animaux Le climat - Simulation Thématique - La terre Agenda du 25/12/2004 Quelques Liens - Les Journaux Tv Espagne - Barcelone Tv Espagne - Barcelone L'art - El misterio de las Meninas Créer un site - e.La recherche Créer des exercices|Hotpotatoes - b.Installation shox en promo,nike tn bordeau Monster Beats TRX Suspension Trainer TRX Trainer TRX Training TRX Suspension Training TRX Training France TRX Pas Cher TRX France Monster Beats France TRX Monster Beats Casque Monster Beats TRX Suspension Training Pas Cher TRX Auteurs - Lope de Vega Idiomatismes - Quelques expressions Thématique - L'école Jeux - animaux Des séquences - Los conquistadores Le verbe|Les temps composés - Formation Villes d'Espagne - Valence L'art|Les artistes - Pablo Picasso Grammaire - Les adjectifs démonstratifs Civilisation - Les Mayas Créer des exercices|Hotpotatoes - a.Présentation Usage du Multimédia|Le B2i - Mise en place La cuisine|Recettes - El pisto Outils - Figuras literarias Civilisation - Les prophéties Mayas Culture - García Lorca Examens - Bac série ES Revisor FPS 4ème partie Lexique juridique - A Lexique juridique - E TRX Training France Le verbe - Généralité Civilisation - Les Aztèques Culture - Internet Le verbe - Généralité Thématique - Les métiers Civilisation - Les Mayas Le Cadre Européen|Compétences - Un exemple de grille Le verbe|Le subjonctif - Le présent Le verbe|L'impératif - Formation Grammaire - La préposition a Les pays|L'Argentine - Histoire Des séquences - Goya Etude - La publicité Créer un site - d.Structure Les pays|Le Paraguay - Histoire Thématique - Les transports Des séquences - Segovia Les genres - El Teatro Etude - Le conte Examens - Intermedio L'art - El misterio de las Meninas Joyeux Noël QCM - Palabras Revisor FPS 3ème partie Créer un site - d.Structure Lexique économique - U

Liens


Annuaire web gratuit Flesko

Référencement

01 annuaire AEU

annuaire

TonGuide.com - Annuaire, Portail, Rencontres

liendur.com

Shopping education langues

seek moteur de recherche

liens en dur

Backlink Dur

annonces gratuites

Annuaire Webmaster

Eclipsis - Agence Web / Référencement / Annuaire

annuaire soutien,scolaire enseignement

annuaire

liens en dur

annuaire babulle est un annuaire gratuit généraliste de sites web avec les catégories suivantes : blog gratuit, sites sexy, internet gratuit, immobilier, jeux sympa, des sites pour les fémininrencontresen ligne, casinos et autressites.

Annuaire du Web, L'Annuaire du web, annuaire et guide gratuit de sites francophones

Open Annuaire

Moteur de Recherche. Inscription Gratuite.

Annuaire Formation

Formation en ligne

Referencement gratuit Formation

118-Annuaires

Eskimo.com

Sélectionné par Gratuit.hitclic.com l

referencement gratuit  


magazine
référencement

Référencement gratuit dans Vitavous.com

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!

publimaxi.com: affichez vos sites au maximum ! !

Annuaire Chiffonnette - Incontournable

Annuaire gratuit

referencement
sonneries     sonnerie      casino
referencement gratuit     credit

Référencement

Globalwarming Awareness2007

Annuliens

annuaire gratuit, voyage et shopping

annuaire gratuit

Guide Annuaire

Annuaire

Annuaire 1two

Ressource Educative

Annonces Gratuites
Nos partenaires: Immo particuliers | Immobilier annonces | petites annonces gratuites | annuaire francophone | vacances Europe | Annuaire Locations Saisonnières
Annonces Particuliers


Liens

 

 

 

lecoqfute.com : l'annuaire des bons sites du web !

 

 

le-magicien.biz : il trouve les meilleurs sites du web !

 

 

 

annuaire généraliste
formation enseignement

Positionnement Web

 

référencement gratuit

Référencement Dur

Ôchaméléon

Bloc-Annuaire

chercher & trouver

 

www.meilleurduweb.com : Annuaire des meilleurs sites Web.

Annuaire Ref€uros

Annuaire

 

referencement gratuit
       Adsl       - moteur - Annuaire -       Antivirus -       Tchat - Casino       - Credit - Horoscope - Amour                   - Rencontre                   - Rencontres - MP3                   - Rencontre                   - Referencement gratuit - riad marrakech                   - Rencontre - Humour - jeu gratuit

 

Big Referencement

annuaire

 

 

Annuaire Référencement

annuaire referencement formation

Annuaire SEOREF

 

publicite-internet

ANNUNET

annuaire referencement

 

Referencement gratuit 1-Sponsor.com

 

Annuaire CIGIEMA

Annuaire Paris

meilleurs-annuaires


 

Guide Annuaire

Référencement


Webmaster - Infos
Ecrire à Malakort  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne


  Site créé avec GuppY v4.5.18 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 1.31 secondes

Idioma © 2007